Théâtre 95

Saison 2014-2015

 

terrasse« Sous un titre faussement romanesque, Joël Dragutin ausculte le prêt-à-aimer contemporain. Sarah Capony met en scène cette tragi-comédie acide, à l’analyse pertinente et au ton impertinent (…) »
Catherine Robert 

 

 

Saison 2013-2014

 

terrasseJoël Dragutin dresse un portrait lucide et tendre des enfants d’aujourd’hui, signant ainsi sa première pièce pour enfants. Un franc succès auprès des intéressés ! (…) Joël Dragutin voit clair et met dans le mille. (…) Le tableau qu’il compose offre à rire, mais aussi, indéniablement, à penser !
Catherine Robert

 

LOGO_PARISCOPE(…) D’une écriture « vivifiante et libertaire », sans « mélasse esthétique et idéologique », l’auteur dresse le portrait de deux femmes, archétypes de celles qui ont tout vu et tout compris. (…) Ce spectacle d’une drôlerie réjouissante, « nous permet peut-être de résister à cette déshumanisation programmée, d’échapper encore à cette vacuité, à cette indifférence… qui finira bien par engloutir nos vies sans objet.
Marie-Céline Nivière

 

terrasse(…) Un exercice de style malicieux et drôle. (…)Si Joël Dragutin se moque et reproduit avec une aisance jubilatoire les discours rebattus de la branchitude bourgeoise, il enfonce le scalpel jusqu‘au sang et révèle les blessures de la wonder girl moderne (…) tellement sûre et pleine d’elle-même qu’elle ne laisse aucune place à l’autre dans le secret de son cœur désolé.
Catherine Robert

 

logoJoël Dragutin est un auteur à moitié sociologue. Une espèce rare. Ce qui le passionne, c’est le langage de ses contemporains.
Gilles Costaz

 

434489-532536L’auteur et metteur en scène Dragutin nous donne à voir avec légèreté et intelligence deux personnages de femmes totalement ancrées dans le vingt et unième siècle. (…) Ces deux impromptus offrent un petit bijou de causticité et de lucidité aussi bien sur le tourisme « authentique » que sur le public des événements « culturels ». (…)
Nicolas Arnstam

 

 

Saison 2012-2013

AVT_Telerama_6680« Une partie de campagne pas triste où le désir de vivre ensemble se heurte à l’individualisme forcené de chacun.  Travers générationnel ? Joël Dragutin poursuit son observation de la société de notre temps et croque délicieusement un monde dans lequel chacun peut se reconnaître. Entre les répliques qui font mouche perce une solitude minant tous les personnages. L’écriture a du charme. (…) Les comédiens sont tous justes et animés d’une énergie sans faille (…) »
Sylviane Bernard-Gresch

 

terrasse« La pièce de Joël Dragutin illustre, en parabole espiègle, les affres de la communauté. (…) Il montre qu’un agrégat hasardeux ne suffit pas pour faire une société, surtout si cet agrégat est composé d’êtres atomisés, uniquement reliés par l’amitié virtuelle, illusion de l’ultra moderne solitude. (…) Obnubilés par leurs intérêts particuliers, les citoyens ont perdu le sens du commun ! Joël Dragutin ausculte au scalpel les travers de ses contemporains. Incisif et drôle, il ironise sur les défauts de chacun, composant une typologie des individus modernes, scotchés à leurs prothèses électroniques et incapables de dépasser leurs égoïsmes misérables. (…) »
Catherine Robert

 

Saisons précédentes 

Presse1