Théâtre 95

Aux origines du Théâtre 95 se rencontrent trois énergies : tout d’abord celle d’un auteur-metteur en scène Joël Dragutin inspiré par l’utopie de la construction d’une ville nouvelle – Cergy-Pontoise-, ensuite celle d’habitants en demande de nourriture culturelle et motivés par un esprit de pionnier, enfin celle d’hommes et de femmes politiques engagés et conscients que l’urbanisme, l’art et la culture constituent le cœur identitaire d’un territoire et la clé de la réussite du formidable projet qu’ils avaient pour mission de conduire.

Vers la fin des années 80, le Théâtre 95 s’installe dans les anciens locaux de l’Ecole Nationale d’Art et Joël Dragutin commence un travail théâtral autour des mythologies contemporaines qui animent les différents acteurs de cette Ville Nouvelle. Parallèlement, il place au centre de son projet artistique la question du public. Ateliers, formations, pratiques amateurs, rencontres, échanges, participation des habitants à tous les aspects de la vie du théâtre constituent le quotidien du théâtre. Très vite, la question du public s’élargit et s’intègre à une vaste réflexion sur l’identité du territoire de la Ville Nouvelle et sur la déconstruction des mythologies contemporaines, de la culture mainstream, et des modes d’existence de la classe moyenne.

Au début des années 90, le Théâtre 95 s’oriente vers un théâtre critique contemporain. Il invite de très nombreux auteurs et metteurs en scène français et étrangers qui parlent de leur époque et qui, à l’instar de Joël Dragutin dans ses créations, s’adressent au public en le portant sur la scène même du théâtre. Explorant radicalement cette veine, Joël Dragutin crée une Tétralogie contemporaine – Chronique des Temps Radieux, qui ausculte les différentes strates des classes moyennes et diagnostique une profonde crise de sens, morale et politique. Cependant, l’influence de Cergy-Pontoise et de sa plasticité sociale et urbaine, la griffe d’un théâtre habité par un public exigeant, populaire et qui se trouve pris en compte dans les créations mêmes, éviteront à ce théâtre analytique et social l’écueil du nihilisme. En effet, parce que le public demeure le sujet même du théâtre, le regard porté par l’ensemble des créations et des œuvres programmées demeure celui bienveillant, attendri, parfois même optimiste de la tragi-comédie, qui véhicule une critique et un humour jamais blessants mais décalés, déjantés, parfois  poétiques et toujours porteur d’ouvertures sociales et politiques.

Après la construction d’une salle de théâtre et la mise aux normes du bâtiment dans les années 90, le Théâtre 95 approfondit son travail d’implantation sur le territoire de la Cergy-Pontoise et du Val d’Oise. Menant des actions hors les murs en direction des publics qui ne peuvent se déplacer (milieux hospitaliers, carcéraux, associatifs, entreprises durant les pauses…), participant à la formation théâtrale en milieu scolaire, organisant des tournées de petites formes thématiques dans le Val d’Oise, le Théâtre 95 part à la rencontre de tous les « non-publics ». La pérennisation des échanges internationaux, les tournées internationales des créations de Joël Dragutin, les tournées dans le Vexin et dans les châteaux en été, les créations autour de la présence de Gérard Philipe, la régularité des mises en scène des « contemporains de leur époque » contribuent aussi au rayonnement extérieur du territoire et du théâtre et l’élargissement du public vers Paris, la grande couronne et la région.

Au milieu des années 90, l’association du public au processus de l’élaboration dramaturgique des créations de Joël Dragutin et à la réflexion préalable aux programmations, conduit à lancer des cycles de conférences-débats pour défricher les défis d’une société en mutation et de plus en plus technologique. Conscient que les questions scientifiques, technologiques et prospectives inquiètent, fascinent, interrogent un public qui utilise au quotidien des objets et des canaux de communication de plus en plus sophistiqués, conscient que ces objets agissent de manière de plus en plus prépondérantes sur notre langage, notre intimité, notre culture, notre perception esthétique, sur notre univers mental mais aussi ont des conséquences majeurs dans notre environnement économique, social et écologique, le Théâtre 95 décide de réserver désormais une large place à un forum permanent consacré à ces questionnements. Les plus grands intellectuels, chercheurs, penseurs sont alors invités pour présenter l’état de leurs réflexions sur ces enjeux et répondre aux questions du public. Des colloques sont organisés chaque saison. Des publications sont éditées. Et ce matériau dense, à la pointe des idées de notre époque, nourrit la réflexion du public mais aussi le travail créatif du théâtre.

Les années 2000 verront l’essor d’un projet artistique fondé sur ces trois piliers : la participation du public à toutes les étapes de la vie du théâtre, l’ouverture à des auteurs et des créations contemporaines qui scrutent les mutations à l’orée du siècle, l’espace de forum autour des symptômes de la crise de la société.

theatre95En 2012, le Théâtre 95 inaugure une nouvelle ère, résultat de la légitimation et de la reconnaissance institutionnelle de son implantation. La construction du nouveau théâtre et la rénovation de l’ancien bâtiment, au cœur du projet de reconstruction et de réhabilitation du quartier Centre/Préfecture de Cergy-Pontoise, ouvre en effet une nouvelle page. Durant les travaux, un cycle de créations sur la mémoire mais aussi les désirs et les projets des habitants de Cergy-Pontoise a été mis en scène, un Festival des Cultures Africaines a rencontré un public peu habitué au théâtre et désormais fidèle.

Le Théâtre 95 est ainsi devenu aujourd’hui un superbe outil et un lieu de rencontre privilégié dans la ville. Avec ses 2 salles de spectacles, la nouvelle salle Visconti modulable et d’une acoustique parfaite, la salle historique Arendt modernisée et plus confortable, avec son atrium/forum lumineux et vaste,  Joël Dragutin et son équipe continuent à explorer, comme une mise en abyme, l’identité de la ville et la pluralité des modes de vie et des mythologies que génèrent ses habitants dont les origines plurielles sont un facteur d’enrichissement et d’innovation culturelle permanent.

Les Fêtes de l’inauguration en 2012 ont rencontré un immense succès public et professionnel.00351_p0_00106115

« Ce nouveau théâtre permet la poursuite, dans de bien meilleures conditions pour le public, de cet élargissement de l’horizon de la pensée contemporaine, que nous proposons aux habitants de Cergy-Pontoise au fil des représentations et des débats, des forums, des expérimentations avec des textes non écrits pour la scène, mais qui acquièrent dans cet espace vide, une intensité et une signification renouvelées : tout ce laboratoire de théâtre et de démocratie enfin qui transforme ce lieu un peu magique en bouillon de citoyenneté, qui nous montre l’avers et le revers de nos mythologies contemporaines. » Joël Dragutin, discours des Vœux 2013.