Théâtre 95

quaraquorum

QARAQORUM / VOYAGE DANS L’EMPIRE MONGOL

THÉÂTRE

MUSIQUE FRANÇOIS-BERNARD MÂCHE
MISE EN SCÈNE ALAIN PATIÈS
LA GRANDE FUGUE / QUATUOR DEBUSSY


JEUDI 21 DÉCEMBRE > 20H30

1H15 durée
Salle Visconti

RÉSERVER S’ABONNER


Plus de vingt cinq années de tournées sur les scènes les plus prestigieuses ont permis au Quatuor Debussy d’acquérir une renommée internationale. Au-delà des concerts classiques qui ont fait son succès, le quatuor tente des aventures inédites avec des artistes aussi différents que Mourad Merzouki, Richard Galliano, Émilie Valentin ou encore Mathurin Bolze… Qaraqorum marque une collaboration originale avec la compagnie La Grande Fugue et le compositeur François-Bernard Mâche qui s’est intéressé au récit de voyage du franciscain Guillaume de Rubrouck en Mongolie en 1255. La tolérance, la laïcité, la nécessaire confrontation de nos préjugés avec ce qu’est l’Autre sont au coeur de cette création scénique mêlant théâtre, musique, histoire et philosophie.

Ce récit musical nous fait voyager dans un monde doublement lointain : le XIIIe siècle et la Mongolie. Mais en réalité il invite à voir à travers le regard d’un franciscain surdoué la permanence de certains questionnements humains sous la multiplicité des coutumes et des langages. Guillaume de Rubrouck découvrait au coeur d’un nouveau monde barbare, stupéfait, autant de nouvelles pistes pour les rapports humains: la relativité et la tolérance. Cette oeuvre provoque en même temps le regard amusé ou complice que nous pouvons porter aujourd’hui sur ce précurseur de la mondialisation.
La musique s’attache donc souvent à mettre en contact les langues, qu’elles soient inconnues ou presque intraduisibles, avec certaines valeurs esthétiques non moins étrangères, et avec les sensations étranges du voyageur dans un monde inconnu. L’oreille du héros, comme la nôtre, en est réduite à les déchiffrer comme des sortes de mélodies énigmatiques, mais chacune porteuse d’un style propre.


DISTRIBUTION

LA GRANDE FUGUE Paul-Alexandre Dubois baryton, Christophe Crapez ténor,
Xavier Legasa baryton
QUATUOR DEBUSSY Christophe Collette violon, Marc Vieillefon violon, Vincent Deprecq alto,
Cédric Conchon violoncelle
scénographie Laure Satgé et Valentine de Garidel, costumes Gabrielle Tromelin, lumière Jean Grison
production La Grande Fugue, coproduction Atelier lyrique de Tourcoing, Quatuor Debussy, Société littéraire de La Poste, Abbaye de Noirlac, avec le soutien de l’Adami, de La Copie privée, du Fonds de création lyrique, du conseil départemental du Val-de-Marne et de la Spedidam

FRANCOIS-BERNARD MACHE

François-Bernard Mâche a mené de front deux carrières. Comme compositeur, formé au Conservatoire National supérieur auprès d’O.Messiaen et au Groupe de recherches musicales de P.Schaeffer, il a été invité et joué dans une trentaine de pays, il a reçu le prix Italia (1977), le grand prix national de la musique (1988), le grand prix de la musique symphonique de la Sacem (2002). Son catalogue compte aujourd’hui plus de cent dix œuvres illustrant tous les genres et toutes les techniques. Par ailleurs, normalien, Agrégé et Docteur ès Lettres, il a dirigé pendant 10 ans le département Musique de l’Université de Strasbourg, a publié 6 livres, et a terminé sa carrière d’enseignant comme directeur d’études à l’E.H.E.S.S. Commandeur des Arts et Lettres et chevalier des Palmes académiques, il a été élu membre de l’Institut en 2002, au fauteuil précédemment occupé par I. Xenakis, et nommé Docteur honoris causa de l’Université d’Athènes en 2011.

ALAIN PATIES, LE METTEUR EN SCENE

Metteur en scène d’oeuvres lyriques et dramatiques, spécialisé dans le répertoire rare et la création contemporaine, Alain Patiès est, avec Christophe Crapez, co-directeur de la compagnie La Grande Fugue. Après une formation de comédien et une rencontre avec Jean-Louis Martinoty, il devient collaborateur artistique de metteurs en scène de renom (Hanz-Peter Cloos, Pier Luigi Pizzi, Jonathan Miller, Christian Botanski, etc.) qu’il suivra durant quelques années tout en continuant de concevoir ses propres projets de créations. Avec des passages remarqués à l’Opéra de Monte Carlo ou à la Péniche Opéra, il mettra notamment en scène la Traviata de Verdi, les Sept péchés capitaux de Weill, la Voix Humaine de Poulenc, L’Opéra de quat’sous de Brecht / Weill, Pierre et le Loup de Prokofiev, etc.

LE QUATUOR DEBUSSY

Premier Grand Prix du concours international de quatuor à cordes d’Évian 1993, Victoire de la musique 1996 («meilleure formation de musique de chambre»), le Quatuor Debussy jouit d’une reconnaissance professionnelle incontestable. Voilà maintenant plus de vingt-cinq ans que le Quatuor partage avec les publics du monde entier ses interprétations musicales sur les scènes les plus prestigieuses. Japon, Chine, Etats-Unis, Russie : ses tournées régulières lui ont permis de se faire un nom sur tous les continents. Parmi les valeurs et engagements du Quatuor Debussy, on retrouve la curiosité, la surprise, le renouvellement, la découverte et le partage. En créant des passerelles avec différents domaines artistiques comme la danse, le théâtre ou encore les musiques actuelles et le cirque, le Quatuor Debussy défend la vision d’une musique «classique» ouverte, vivante et créative.

LA PRESSE EN PARLE

« A l’usage d’un âge souvent tenté par les ivresses d’absolus intolérants, la pièce offre une propédeutique mêlant subtilement savoir et sagesse introspective ». GC, Anaclase.com

« Ecriture et réactivité presque improvisatrice se conjuguent dans une performance exigeante de près d’une heure et demie». GC, Anaclase.com

« Récit et voyage sensoriel, comme dit le metteur en scène, d’une belle histoire très ancienne avec les outils du spectacle vivant du XXIe siècle ». La voix du nord