Théâtre 95

normanjean

Norma Jeane

d’après Blonde de Joyce Carol Oates
adaptation et mise en scène de John Arnold 

jeudi 15 mai à 19h
vendredi 16 mai à 20 h 30 

 

Norma Jeane, c’est l’histoire d’une Blonde- Cendrillon de la côte Ouest. Si les citrouilles se transforment en carrosses, elles carburent au whisky et à la vodka et laissent dans leurs sillages des traînées de cocaïne, les rôles des petites souris sont tenus par des rats et des porcs, et le prince charmant ne l’est pas du tout.

Montrer sur scène l’histoire de Marilyn Monroe, par le biais d’un monologue de sa mère internée ou d’un dialogue avec un médecin ou des infirmières, la voir, elle, en chair et en os, avec tous les autres, Di Maggio, Miller, Kennedy, Zanuck…, célèbres ou pas, bref, Hollywood, tout un monde qui, l’instant d’une représentation, redescend sur terre et s’incarne.

C’est le grand carnaval carnivore qui dé- vore des yeux la déesse avant de l’immoler et de faire de son cadavre une légende et, cette Blonde, c’est la fille sur qui tombe la malédiction.

John Arnold 

 

avec Estelle Chabrolin, Philippe Bérodot, Bruno Boulzaguet,Jean-Claude Bourbault, Samuel Churin, Evelyne Fagnen, Antoine Formica, Joffrey Roggeman, Marion Malenfant, Olivier Peigné, Fabienne Périneau, Maryse Poulhe et John Arnold
assistant à la mise en scène Grégory Fernandes
scénographie et costumes Aurélie Thomas lumière et direction technique Olivier Oudiou couturière Magali Angélini
assistant lumière et régie générale Thomas Cottereau
création sonore Marc Bretonnière vidéo Michel Ferry
administration Laurent Pousseur

production déléguée Théodoros Group / coproduction Théâtre des Quartiers d’Ivry / avec l’aide à la produc- tion de la DRAC Ile-de-France, ministère de la Culture et de la Communication et le soutien de l’ADAMI / avec la participation artistique du Jeune théâtre national / avec le soutien du Théâtre Firmin-Gémier-La Piscine, du Fonds d’insertion pour jeunes artistes dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Scènarts et de Tango Prod

Le spectacle Norma Jean est librement inspiré du roman Blonde de Joyce Carol Oates (Stock, 2000), des écrits de Don Wolfe, des rapports d’autopsie du F.B.I., de la police du comté de Los Angeles et des interviews de Marilyn Monroe. 

 

La presse en parle...

franceinfoÀ la manière de Dogville, le film de Lars Von Trier, cette pièce de presque trois heures donne une place centrale aux treize acteurs excellents et à leurs mouvements. « Marilyn est la Cendrillon du XXe siècle », souligne John Arnold. La pièce se déroule comme un conte, et débute comme un thriller.

Claire Baudéan, France Info

 

logofigaroLa jeune actrice menue, Marion Malenfant, brûle véritablement les planches. En nuisette et chaussettes blanches, elle compose une femme-enfant poignante avant de s’imposer dans le rôle d’une star qui semble s’être toujours punie de n’avoir pas été aimée. Marion Malenfant sait restituer la complexité de Norma Jean Baker, devenue une icône qui «appartient au regard du monde».

Nathalie Simon, Le Figaro