Théâtre 95

Le Pas de Bême (c) Martin Colombet

Le Pas de Bême

MISE EN SCÈNE DE ADRIEN BÉAL
Compagnie Théâtre Déplié

mardi 8 mars à 20h30, mercredi 9 mars à 20h30

Durée : 1h

 

Nous imaginons une histoire. Nous imaginons une histoire d’objection. L’histoire d’un objecteur – pas de conscience. Chez lui quelque chose résiste, qui n’est pas prémédité, pas revendiqué, qui ne s’accompagne pas d’un discours. Simplement, il objecte.

 

 

Le spectacle a été créé en mai 2014 au Théâtre de Vanves – scène conventionnée pour la danse et en juin 2014 à la Loge (Paris 11ème).

Remerciements au collectif 360, à Lilas en scène, à l’Echangeur de Bagnolet, à La Colline – théâtre national, à l’Atelier du Plateau.

Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France, dans le cadre des Plateaux solidaires.

 

Lien vers l’émission de France Culture consacrée au spectacle

 

En savoir plus

L’histoire commence dans un lycée, et l’objecteur est un adolescent adapté, aimé, intégré à son environnement. C’est seulement lors des devoirs sur table qu’il n’écrit pas, on ne sait pas pourquoi. Et son objection, si simple et infime soit-elle, force quelque chose malgré lui. Elle crée une effraction. En lui, et autour de lui, chez ses amis, dans sa famille, dans la communauté scolaire. On sent que quelque chose pourrait basculer.

Le spectacle se joue autour d’une aire de jeu vide, où trois acteurs portent toutes les paroles : celles des parents, de la petite amie, du proviseur, et de Bême, l’élève en question. Ils jouent les conflits et explorent les vertiges provoqués par la feuille laissée vide. Dans ce dispositif, acteurs et spectateurs sont si proches les uns des autres qu’on pourrait les confondre. Le geste de Bême, son pas, nous attire autant qu’il nous fait peur.

Adrien Béal

Adrien Béal a étudié le théâtre à l’université Paris III et au cours de différents stages en jeu ou en mise en scène, notamment à la Colline-Théâtre National.

Il a mis en scène ou en espace des textes de Michel Vinaver, Roland Schimmelpfennig, Guillermo Pisani, Oriza Hirata et Henrik Ibsen.

Il travaille également en collaboration sur des spectacles de Guillermo Pisani, Julien Fisera, Juliette Roudet, Guillaume Lévêque, Damien Caille-Perret, Stéphane Braunschweig.

Après la création de Il est trop tôt pour prendre des décisions définitives en 2011, il monte Visite au père de Roland Schimmelpfennig en 2013. Et en juillet 2014, il met en scène Les Voisins de Michel Vinaver dans le cadre d’Un festival à Villeréal.

La presse en parle

« …Adrien Béal invente le cas d’un élève qui sans raison apparente ne rend à ses professeurs que des copies vierges. Mettant en abyme le comportement de son lycéen dans le contexte où il s’agit pour les acteurs d’en énoncer l’aventure, Adrien Béal s’amuse des conséquences que pourrait occasionner la reproduction d’une telle attitude sur le déroulement d’une représentation théâtrale… »
PS

 

froggys delight« …Dans sa mise en scène, Adrien Béal choisit d’installer les spectateurs autour du plateau et de jouer toutes lumières allumées. Au-delà de l’histoire du jeune lycéen, c’est bien la recherche d’une mise en situation pour le spectateur qui est ici le véritable propos. (…) le spectacle est dans la salle autant que sur le plateau. (…) Avant tout, Bême est un grain de sable dans un système, doit-on le forcer à réintégrer le système ou doit-on le laisser vivre en marge de ce système ? (…) Le pas de Bême est un spectacle qui interroge le spectateur et le met au coeur de son dispositif au point d’en faire un véritable élément participatif. Transgressif et réjouissant, avec Le pas de Bême, la Compagnie Théâtre Déplié réussit un coup de maître.

Laurent Coudol