Théâtre 95

Guerre au ciel

Guerre au ciel

DE SAM SHEPARD ET JOSEPH CHAÏKIN
MISE EN SCÈNE DE CÉDRIC LE STUNFF

COMPAGNIE DU CHAT PERCHÉ

Samedi 22 avril à 20h30

avec Benjamin Chapelot
composition, interprétation musicale Nathan Bloch et Frédéric “Zed” Duzan
projection photo-vidéo Xavier Oliviero
lumière Cyril Lepage
régie-son Brice Kartmann
production Compagnie du Chat-Perché
coproduction Espace Jean-Cocteau/Monts
avec le soutien de la Spedidam, du conseil régional du Centre-Val-de-Loire, du conseil départemental d’Indre-et-Loire, de la Ville de Monts et de la communauté de communes du Val-de-l’Indre
partenaires et résidences La Tannerie/Château Renault, La Pléiade/La Riche, Emmetrop/Bourges, L’Échalier/Saint-Agil, Le Temps Machine/Joué-lès-Tours, Le Plessis-Théâtre/La Riche, La Ferme de Vaugarni/Pont de Ruan
accompagnement technique compagnie Le Muscle/Tours, compagnie C’Koi-Ce-Cirk/Tours, Théâtre de l’Ante/Langeais

 

Théâtre-Concert / Accueil
Une immersion musicale et visuelle au coeur de la Beat Generation ponctuée par la poésie de celui qui incarne l’élan vers la liberté de toute une génération : Sam Shepard.

 

Durée du spectacle : 1h10

En savoir plus

«Avec Guerre au ciel, je veux réaliser un “Road-Theater”. Shepard, c’est Dylan, Kerouac mais c’est aussi Wenders. Chaïkin, c’est le Living Théâtre, l’Open Théâtre, c’est Artaud, Beckett et Ginsberg. C’est la Beat Generation qui ressuscite. Aux mots se mêlent la musique, les corps et les images, le temps d’un trip visuel et sonore, un voyage aux côtés d’un vagabond céleste, un Ange, qui s’est écrasé sur Terre. “Beat”, c’est être abattu, au bout du rouleau ! C’est aussi se retrouver au pied du mur de sa conscience… Guerre au ciel c’est donc du théâtre/concert pour parler d’hier et d’aujourd’hui et nous permettre ensemble de penser demain. » (Cédric Le Stunff)

 

Sam Shepard

Scénariste, romancier, dramaturge, Sam Shepard s’est fait connaître plus particulièrement dans le monde à l’occasion de la sortie du film de Wim Wenders, Paris Texas, Palme d’or du Festival de Cannes en 1984. Il est issu de la Beat Generation, et ses pièces interrogent les mythes fondateurs des USA (l’ouest, l’errance, les mythologies masculines…).