Théâtre 95

Camille Claudel 01

Camille, Camille, Camille

DE SOPHIE JABÈS (texte édité chez Lansman)
MISE EN SCÈNE DE MARIE MONTEGANI 

mercredi 3 décembre à 20 h 30, jeudi 4 décembre à 14 h 30 et 20 h 30, vendredi 5 décembre à 14 h 30 et 20 h 30 

Durée : 1h45

Tel un cri, le texte Camille, Camille, Camille vient rappeler avec force la femme et l’artiste hors du commun qu’était Camille Claudel au travers d’une écriture à la fois crue et poétique d’où surgissent trois visages, trois corps, incarnant chacun l’artiste à un moment différent de sa vie. Pour que renaisse sur scène celle que l’on a cherché à museler, celle qui réclamait «la liberté à grand cri», liberté de créer, de sculpter, d’exister et pour poser la question de la place de l’artiste femme dans la société, aujourd’hui. 

 

En écho à ce spectacle, la mairie de Vauréal et la direction du cinéma L’Antarès projetteront   le film de Bruno Dumont Camille 1915 le 21 novembre 2014 à 20h30 et le 9 décembre à 14h30.

 

avec Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte, Clémentine Yelnik et Geneviève Dang

Scénographie Élodie Monet / Costumes Françoise Klein / Lumière Nicolas Simonin / Parties filmées Christophe Cordier / Création son Marianne Pierré

 

En savoir plus

La pièce de Sophie Jabès s’ouvre sur un monologue de Camille Claudel au seuil de sa mort, de Camille Claudel à l’asile de Montdevergues. Elle est à l’image de la vieille Clotho qu’elle avait sculptée des années auparavant et comme elle, Camille déroule le fil de ses pensées, le fil de sa vie mais dans un grand désordre et un délire paranoïaque.

Le deuxième tableau nous projette dans l’atelier de Camille, quelques jours avant son internement. Elle s’apprête à détruire ses dernières créations, enfermée dans une solitude destructrice où elle devient la proie de délires psychotiques et obsessionnels sombrant peu à peu dans la folie. Elle réclame vengeance et maudit celui qui les a abandonnés elle et ses enfants, telle Médée. Dans le troisième tableau, on retrouve la jeune Camille Claudel. Elle est l’élève de M. Rodin, elle est heureuse. Elle semble déterminée dans son amour, sûre de son talent, prête à se mesurer au maître et à se donner à lui.

Puis on entend au loin un messager qui annonce des morts successives, et voilà qu’elles se rencontrent, qu’elles se reconnaissent, qu’elles se causent. De ces tentatives désespérées surgit le faible espoir d’échapper à leur destin. Pourtant chacune d’elle accomplira le sien.

Sophie Jabès et Marie Montegani

Sophie Jabès

Productrice de télévision et directrice artistique en France, aux États-Unis, à Singapour, Sophie Jabès est également autrice de nombreux romans: Alice la saucisse (Éditions Verticales), Caroline assassine (prix Murat 2005, prix des lycéens de Saint-Ouen), Clitomotrice (Éditions Jean-Claude Lattès), L’Homme de la mer Noire (Éditions du Rocher), La Duchesse de Singapour (Éditions Pierre-Guillaume de Roux). Elle signe, avec La Chambre et Camille, Camille, Camille ses premières pièces de théâtre. L’ouvrage Camille, Camille, Camille sortira en librairie le 1er octobre 2014 (texte édité chez Lansman).

Marie Montegani

Formée à l’École du TNS, elle joue sous la direction de nombreux metteurs en scène avant de réaliser sa première création, Andromaque de Racine, et de constituer sa propre compagnie. Elle enchaîne alors les mises en scène et, en 2007, inaugure le théâtre de l’IVT en signant l’adaptation et la mise en scène de K. Lear, spectacle mêlant langue des signes et langue parlée. Elle s’empare ensuite du Cid, suivent Les Femmes savantes, Esther, Vertige, qu’elle conçoit et met en scène. En 2014, elle est la coordinatrice artistique et l’une des metteuses en scène d’Alter égaux. Après Camille, Camille, Camille, elle mettra en scène Cinéma d’Erick Boronat.

On en parle dans la presse

« Clémentine Yelnik, qui joue la Camille âgée, est impressionnante, tant elle crée un personnage déchiré et douloureux. Nathalie Boutefeu incarne la Camille du milieu de la vie avec classe. Vanessa Fonte est la jeune Camille avec une douceur élégante. Le metteur en scène Marie Montegani crée un climat noir, un climat pictural, en même temps qu’un mouvement implacable, autour d’une œuvre où se mêlent la sincérité du texte et l’insolite de la forme. »
Gilles Costaz – Webthéâtre

« La mise en scène, fort bien enlevée, fouette le sang de ces trois Camille – interprétées avec passion par Nathalie BOUTEFEU, Vanessa FONTE et la remarquable Clémentine YELNIK – qui finissent par délirer côte à côte comme les causeuses, la célèbre sculpture d’une Camille oubliée, l’artiste.  »
Evelyne Trân
mondefr

« Distribution parfaite : chacune des trois comédiennes se fond dans la peau du personnage à des âges différents. A fleur de peau, chacune à leur manière, elles insufflent la folie, la passion à ce texte déjà criant de douleur. Une introspection particulièrement réussie et un spectacle que l’on n’hésite pas à vous recommander.  »
Audrey Natalizi, journaliste à France 3 Ile de France
france3

 

Marie Montegani réalise une mise en scène avec trois tempéraments affirmés, lesquels se glissent par extrait dans la vie de Camille Claudel. Cette mise en scène dépoussière les clichés biographiques si souvent repris au théâtre et qui manquent d’originalité. Marie Montegani a posé sa touche personnelle en intégrant la vidéo et les images filmées, en jouant avec les fluidités de la technique, régie son et lumières. Une mise en scène aboutie qui subtilise le passé et ressuscite Camille Claudel une heure durant. Camille, Camille, Camille, l’histoire d’une artiste réécrite pour le théâtre.
Philippe Delhumeau Théâtrotèque

 

« L’idée centrale de la mise en scène fait sens en liant la vie et l’oeuvre de Camille Claudel. C’est une belle réussite (…). Les comédiennes Vanessa Fonte, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik, et Geneviève Dang, sont impeccablement dirigées par Marie Montegani dans cette pièce qui nous a bouleversés. »
Dashiell Donello

ob_7c617b_mediapart

 

« Camille, Camille, Camille » est un spectacle charnel et saisissant sur une artiste d’exception qui prit son existence à bras le corps au service de l’art pour se consumer de passion. »

434489-532536