Théâtre 95

Battements d’ailes

DE ELSA SOLAL ET ALAIN PIERREMONT
COORDINATION DOMINIQUE LOISEAU
MISE EN SCÈNE ET CREATION VIDEO DE VANILLE FIAUX

samedi 14 mars à 20h30 

Durée : 1h40

« Il est plus facile de désintégrer un atome que de briser un préjugé. »
Albert Einstein

Battement d’Ailes est un voyage au pays des stéréotypes séxués ordinaires qui constituent une mine inépuisable… à désamorcer. Les débusquer, c’est justement ce que tentent ces 4 personnages, avec les contradictions et la complexité de l’humain.
Elsa SOLAL

 

 

Avec : Denis Boyer, Yoan Charles, Claire Isirdi et Marina Keltchewsky
Création lumière : Thierry Mathieu
Son- Création Musicale: Jonathan Seilman
Assistante – collaboration artistique : Flora Donars

Avec la participation d’un choeur d’habitants : Margot Davy – Thomas Douillard – Paulette Gandon – Soizic Grandjean –  Yasmina Hamimdet – Nora Kabiti – Philippe Lajonie – Lune Laurent – Marie Mercuri – Marie Rousseau – Isabelle Royer – Marie Teillard – Olivier Tric

Livre : Battements d’ailes éditions Les Cahiers de L’Egaré

 logos battements d'aile

 

En savoir plus

Peut-on être l’auteur de son existence ? Est-on libre de choisir son identité ? Qu’est-ce qu’être femme ou homme? Une création artistique centrée sur la construction des stéréotypes, ainsi que sur ce qui les pérennise tout en les reconfigurant sans cesse. Car c’est là une des caractéristiques des stéréotypes avec celle de leur transversalité aux autres rapports sociaux (rapports des classes, par exemple). Cette création est conçue comme un processus de recherche, d’allers-retours entre les paroles recueillies auprès de la population et l’écriture qui en est le fruit.

Elsa Solal et Alain Pierremont

Elsa Solal

Après des études de Linguistique et d’Arts du spectacle, elle a mené un parcours d’autrice, de scénariste, de comédienne et de metteuse en scène. Elle dirige des ateliers en licence et en master à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Depuis vingt ans, elle travaille sur la constitution de la mémoire vive de femmes de toutes origines, considérées dans leur rapport à la citoyenneté, à l’Histoire, à la culture, à la violence, à la précarité ou à l’exil.

Alain Pierremont

Après avoir enseigné la philosophie, il a dirigé plusieurs structures culturelles. Il a notamment conçu et réalisé de nombreux projets de théâtre-documentaire, ainsi que le premier festival mondial de théâtre à domicile. Il est l’auteur d’une quinzaine de pièces.

Présentation par Michelle Perrot

Antoinette, Brad, Mohamed  souffrent de leur identité sexuée. Ils en ont assez de leur « condition »,  féminine, ou  (…) masculine, des rôles obligés, des fonctions assignées(…). Ils rêvent d’être un (e) autre, de changer de sexe. Antoinette devient Tony, Brad devient Branda et Mohamed,  Marie-Pierre, une bretonne qui tente d’oublier la Méditerranée. Ils expérimentent  cette mutation. Dans leur corps et leur comportement, leur langage,  leur travail, leurs relations sociales, le regard qu’on porte sur eux. Ils ont des difficultés à entrer dans leur  nouvelle  peau : comment s’habiller, parler, se tenir, poser ses jambes? (…) Ils échangent leurs impressions, leurs étonnements, leur malaise, les obstacles à la métamorphose, les quiproquos que provoque ce marivaudage revisité par le Genre, voire le queer.  Leurs dialogues sont drôles, savoureux, éloquents, coupés d’interventions solitaires ou chorales, qui énoncent  ou déplorent le poids des préjugés, (…) Pourquoi est il malaisé de sortir de stéréotypes construits depuis la nuit des temps, expression d’une hiérarchie dont Françoise Héritier a montré l’universalité et la longue  durée,  inculqués  depuis l’enfance et ses versants  colorés, éternellement  rose/bleu. Le sexisme est une réalité partagée, complexe, dont il importe de débusquer les pièges.  Ce que nos auteur.es font avec un tendre humour.

On leur saura gré de ce  triple  travail  d’enquête, d’écriture et de représentation, mené avec persévérance,  générosité et talent. Il est rare qu’une parole diffuse, cachée, soit ainsi suscitée,  extraite, recueillie, et restituée à tous  par une  mise en scène astucieuse et captivante.  La ville de Nantes a été bien inspirée de les soutenir dans son programme « l’art en partage » qui mérite ici pleinement son nom.

Michelle Perrot.