Théâtre 95

AMabel

Amabel

DE TERRY JOHNSON
MISE EN SCÈNE DE MICHAEL BATZ 

mardi 2 juin à 10h00 et 14h30, mercredi 3 juin à 20h30

Dans Amabel, Terry Johnson imagine une rencontre entre deux grands artistes de la fin du XIXe siècle, Edgar Degas et Henri de Toulouse-Lautrec. L’action de ce tour de force à quatre mains se déroule dans l’atelier de Degas. 

 

avec Jacques Boudet (distribution en cours)

traduction Séverine Magois / collaboration artistique Valérie Suner / scénographie Isabelle Colchen / lumière Romuald Lesné / musicienne Olenna Powi

 

En savoir plus

À travers ces deux «monstres sacrés», pionniers de l’art moderne et incarnant ce choc «du nouveau» qui a frappé le monde il y a plus d’un siècle, Johnson soulève des questions très actuelles et brûlantes: Comment voir le monde? Comment communiquer sa vision du monde ? Quel monde décide-t-on de regarder ? Qu’est-ce que la réalité ? Amabel nous montre un conflit entre différents «ways of seeing», comme le définit John Berger.

Amabel explore ces thèmes toujours avec une dialectique astucieuse: la comédie, l’humour noir « so British », mais aussi une grande sensibilité dans le portrait des ces hommes et de leurs approches de l’art si différentes. C’est aussi une méditation sur la vieillesse et les faiblesses des humains qui, à la fin de leur vie ou par accident, se voient diminués. Cette dimension la rend très émouvante.

Michael Batz s’attaque à la mise en scène de ce texte phare pour la deuxième fois. Amabel a une forte valeur symbolique pour lui. Ce questionnement sans cesse réitéré entre l’artiste et la société est au cœur de son travail de mise en scène et de son rapport au public et s’est enrichi au fil des ans.

Terry Johnson

Il est l’un des dramaturges anglais les plus connus. Ses pièces sont souvent des comédies noires, telles Insignificance, Hysteria, Hitchcock Blonde, Dead Funny et elles ont connu une carrière internationale. Hysteria a été mise en scène à Paris par John Malkovich; l’adaptation pour le cinéma d’Insignificance, réalisée par Nicholas Roeg avec Theresa Russell a fait partie de la sélection officielle de Cannes.