Théâtre 95

Revizor

10ème Festival de théâtre de tréteaux : Le Révizor

TEXTE  DE NIKOLAÏ GOGOL
MISE EN SCÈNE DE RONAN RIVIERE ET AYMELINE ALIX

Compagnie Théâtre en Stock

vendredi 11 mars à 20h30 – représentation scolaire à 14h30

 

 Spectacle d’ouverture
« – Je vous ai convoqués, messieurs, pour vous faire part d’une très fâcheuse nouvelle : il nous arrive un révizor.
– Comment, un inspecteur général?
– Oui, de Pétersbourg … incognito. Et, de plus, avec des instructions secrètes.»
Branle-bas dans la petite ville où tous veulent échapper au châtiment que méritent leurs nombreuses malhonnêtetés…
«Le seul personnage honnête, c’est le rire.», écrivait Gogol.

Créé en 2007 par la compagnie Théâtre en Stock, le Festival de théâtre de tréteaux est devenu au fil du temps une manifestation inscrite dans le paysage culturel de l’agglomération de Cergy-Pontoise, avec plus de 4200 festivaliers lors de l’édition 2015 du festival. Ainsi, chaque année, le festival présente, durant un mois, plus d’une vingtaine de spectacles sur l’ensemble de l’agglomération. Pour cette année anniversaire, Théâtre en Stock propose une programmation dans 10 lieux et 7 villes de l’agglomération de Cergy-Pontoise, ainsi que sur la commune d’Herblay.

5€€ (- de 12 ans) / 12€€ (plein tarif)

Image 1

 


logofigaroLe Figaro Culture Théâtre Par Isabelle Schmitz

Dans une province reculée de Russie, oubliée de Dieu mais pas du tsar apparemment, c’est l’affolement général. On vient d’apprendre l’arrivée imminente d’un «révizor», un inspecteur de l’administration impériale. Branle-bas de combat. Premier corrompu de son état, le bourgmestre, tente de rappeler ses troupes à l’ordre («Piotr Ivanovitch, vous volez trop pour un fonctionnaire de votre grade!»), de dissimuler ses malversations et de museler le peuple opprimé qui attend le justicier. Mais n’est-il pas déjà là, en la personne d’un mystérieux jeune homme, de Pétersbourg descendu à l’auberge avec son domestique? Tous les moyens seront bons pour endormir sa conscience. Le bal des cyniques peut commencer et le meilleur danseur n’est pas celui qu’on croit.
«Donne-moi un thème et je réaliserai une comédie en cinq actes. Je te le promets, elle sera plus drôle que l’enfer», avait écrit Gogol à son ami Pouchkine en 1807. Promesse tenue. Pouchkine lui avait soufflé son thème, Gogol allait le transfigurer de ses propres expériences de rond-de-cuir contraint de travailler au sein d’une administration, et de jeune provincial fasciné puis déçu par Pétersbourg, la ville des faux-semblants.
Ronan Rivière (qui tient le rôle du Révizor) a opté pour la traduction de Prosper Mérimée, délicieusement surannée et orchestre une mise en scène sobre mais absolument efficace: les personnages évoluent sur la scène  dans un décor aux meubles plantés en oblique, qui s’enfoncent dans le sol et penchent dans des directions contraires.
Tout est de guingois dans ce pays. Le comique des situations et les doubles sens du texte de Gogol sont admirablement servis par les comédiens du collectif VDP (Vivant, dynamique et poétique), qui porte bien son nom. Mention spéciale pour le gouverneur, joué par Jean-Benoît Terral, qui donne à son personnage tour à tour cynique, menaçant, courtisan, toute son épaisseur humaine. On imagine volontiers le star Nicolas Ier riant à gorge déployée, alors qu’il avouait «en avoir pris pour son grade».